Stages dans le domaine de la lutte contre la cybercriminalité

logo-gendarmerie3446791305095418595La gendarmerie nationale accueille chaque année un certain nombre de stagiaires dans des domaines techniques. Des informations sont disponibles à ce sujet sur le site de recrutement de la gendarmerie ou la bourse interministérielle de l’emploi publique.

J’attire l’attention de mes lecteurs sur plusieurs stages en rapport avec la cybercriminalité:

Les informations de contact sont dans les documents correspondants. Depuis le 1er juillet 2009, et conformément au plan d’action en faveur de l’emploi des jeunes, tous les étudiants de l’enseignement supérieur ayant débuté un stage d’une durée de plus de deux mois dans les administrations et les établissements publics de l’Etat ne présentant pas un caractère industriel et commercial bénéficient d’une gratification calculée sur la base de 12,5 % du plafond horaire de la sécurité sociale, soit environ 400 euros par mois.

Lancement d’une communauté opensource pour l’investigation numérique

Cet après-midi, 8 décembre, nous réunissions à Paris les premiers partenaires qui ont accepté de nous soutenir pour la création et l’animation d’une communauté francophone autour des outils opensource pour l’investigation numérique, dans le cadre du centre d’excellence français contre la cybercriminalité (voir ici l’article d’introduction sur le projet 2CENTRE et sur les premières activités déjà lancées).

Nous avons pu ainsi discuter des participants potentiels, des objectifs et des besoins concrets d’une telle communauté. Après une présentation des sociétés Arxsys et Openwide sur leur expérience dans les développements opensource (voir notamment la plateforme DFF gérée par Arxsys), les enquêteurs, spécialistes en sécurité, étudiants, chercheurs, industriels que nous avions réuni ont pu échanger et proposer une première vision sur cette communauté à construire.

Les besoins en outils de l’investigation numérique recouvrent plusieurs domaines parmi lesquels on peut citer : l’analyse criminalistique des supports de preuve (disques durs, téléphones mobiles, etc.), les méthodes et les outils d’investigation sur les réseaux ou d’analyse de traces, et encore, si on rentre dans les détails, l’analyse des virus informatiques ou la comparaison des images pédopornographiques.

Potentiellement donc beaucoup de besoins, mais peu de visibilité encore des acteurs francophones qui s’investissent dans ce domaine. Peu d’occasions pour eux aussi d’échanger sur l’analyse des besoins, les projets existants, les difficultés rencontrées, le développement de documentations pour les utilisateurs ou l’évaluation de leurs outils.

Beaucoup de questions aussi, qui seront plus faciles à résoudre collectivement, comme celles qui touchent à la déontologie (comme en matière de sécurité, peut-on et doit-on tout publier ?), la science (comment valoriser les approches scientifiques dans les investigations numériques, comment mener et publier des recherches sur des cas réels) ou la question des jeux de test (comment créer des exemples réalistes pour la formation, le développement ou l’évaluation des outils).

Si vous êtes intéressé pour participer et rejoindre cette communauté, merci d’écrire à opensource[à]crimenumerique.fr, nous vous tiendrons ainsi directement informés. Dès le premier trimestre 2012 nos premiers outils devraient être mis en place, donc ne tardez pas à nous contacter.

Les dix ans des Assises de la sécurité et des systèmes d’information

Les Assises de la sécurité et des systèmes d’information tenaient leur dixième édition à Monaco du 06 au 09 octobre 2010. Cet événement rassemble des RSSI de toute la France, des fournisseurs de solutions de sécurité et plus généralement la communauté de la sécurité des systèmes d’information.

Organisées assez classiquement autour d’un salon, où les exposants présentent leurs solutions, les assises sont rythmées par des séances plénières avec quelques invités prestigieux et des ateliers qui abordent les problématiques de la sécurité sous différents angles parfois très concrets ou plus simplement pour présenter des prestations ou des produits. Je dois avouer que j’étais évidemment plus intéressé par les présentations plus concrètes, mais la communauté des RSSI a aussi et sûrement besoin de mieux connaître et discuter les offres existant sur le marché.

Les séances plénières auxquelles j’ai pu assister :

  • Enrique Salem, CEO de Symantec, nous a présenté sa vision des usages numériques d’aujourd’hui et demain et de leurs conséquences sur la sécurité ;
  • Eugène Kaspersky (qui a laissé tomber la barbe!), fondateur et président de Kaspersky Lab, nous a livré sa vision de la cybercriminalité aujourd’hui et de la réponse qu’il recommande: une police mondiale de l’Internet et l’identification sécurisée de toutes les personnes qui publient de l’information ou achètent sur Internet. J’en reparlerai sûrement.
  • "Dix ans de risque informatique… un regard vers le futur immédiat". Cette table ronde réunissait Alex Türk, sénateur du Nord et président de la CNIL, Michel Riguidel, chercheur à l’ENST et Hervé Schauer, président et fondateur de HSc. Une petite heure de réflexions passionnantes sur les défis des dix prochaines années en sécurité numérique. Ce que j’en retire principalement est qu’on n’est pas au bout de surprises, avec un Internet qui dans cinq ans ou dix ans ne ressemblera plus à celui que nous connaissons aujourd’hui; l’individu et sa protection et la protection des Etats seront vraisemblablement les sujets majeurs de la sécurité numérique des prochaines années, tout autant que la protection des intérêts économiques des entreprises.
  • Et en clôture la simulation du procès pénal des réseaux sociaux. Il s’agissait ici de réfléchir avec l’auditoire sur les risques d’un usage mal informé des réseaux sociaux, des abus de certaines de ces plateformes et de l’exploitation qui peut en être faite par les criminels. Beaucoup de rires dans cette simulation du procès du mystérieux "Raizosocio", mais aussi tous les instruments d’une réflexion à poursuivre, merci à tous les "acteurs" !

Parmi les présentations auxquelles j’ai assisté, je citerais :

  • Un atelier organisé par Fortinet pour présenter les enjeux de la SSI dans des groupes à dimension mondiale et comparer les points de vue d’Areva et d’Alstom. Peu de surprises, mais une bonne synthèse des enjeux.
  • Les faux antivirus étaient illustrés par Nicolas Brulez (@nicolasbrulez) de Kaspersky Labs : une présentation vivante et très complète. A noter au passage la confirmation dans ses travaux qu’il y a parfois automatisation des processus d’empoisonnement des moteurs de recherche (j’en parlais en début d’année ici).
  • Une démonstration d’ingénierie sociale facilitée par les réseaux sociaux, faite par Arnauld Mascret de Sogeti ESEC R&D.

Enfin, le prix de l’innovation a été créé en 2006 et récompensait pour sa cinquième édition une jeune entreprise que nous connaissons bien: Arxsys. Créée par 4 anciens élèves de l’Epitech, Arxsys a pour ambition de développer une offre autour de l’investigation numérique, grâce au développement d’une plateforme opensource dédiée à cette mission, le Digital forensics framework et de services adaptés aux différents utilisateurs (forces de police et entreprises notamment lors des réponses à incident). Leur plateforme est désormais bien aboutie, et j’invite toute la communauté de l’investigation numérique à la tester rapidement, et à contribuer aux développements opensource. J’espère que cette initiative fera naître d’autres projets innovants français (et pourquoi pas opensource) au service de l’investigation numérique. Bravo à eux pour ce Prix !

Les rencontres dans les allées des Assises, lors des événements sociaux, dans les ateliers ont permis certainement à tous de nombreux échanges. En tous cas, j’ai personnellement pu avoir de longues heures de discussions passionnantes cette semaine et quelques nouvelles idées dans ma besace. Merci aux organisateurs !

Stuxnet / CPLink la situation ne s’arrange pas

Mise à jour 03/08/2010: Microsoft diffuse un modificatif de sécurité répondant à l’alerte. Plus d’information dans leur bulletin de sécurité MS10-046.

Aujourd’hui, Graham Cluley (Sophos) attire notre attention depuis son blog sur les mises à jour récentes de la page d’incident mise en place par Microsoft sur cette vulnérabilité:

Ainsi, il serait possible pour l’attaquant de mettre en place un site Web présentant ces raccourcis problématiques ou bien les insérer dans un document (notamment de la suite Microsoft Office).

Les vers Stuxnet

Les plus curieux d’entre vous liront l’article que Symantec a consacré au fonctionnement du ver Stuxnet lui-même.

Se protéger ?

A ce jour, les mesures de protection conseillées par Microsoft, si elles fonctionnent, ne sont pas forcément les plus pratiques car elles empêchent de distinguer les icônes auxquelles les usagers sont familiers. Rappelons que deux autres solutions sont proposées (sur le blog de Didier Stevens):

Par ailleurs, pour Windows 7 et Windows 2008 R2, Cert-Lexsi propose l’utilisation d’Applocker.

Enfin, assurez-vous de disposer d’un antivirus à jour, ceux-ci doivent pour la plupart aujourd’hui être en mesure de détecter aussi bien des raccourcis qui exploiteraient cette vulnérabilité que les différents vers qui ont été identifiés dans la famille Stuxnet.

Articles de référence:

Faille de sécurité des raccourcis sous Windows (suite)

VirusBlokAda - Découvreur du ver

L’exploitation de la faille de sécurité des raccourcis (fichiers .LNK) de Windows se poursuit, comme cela était prévisible. ESET nous avertit ainsi de l’apparition d’un nouveau fichier lié à Win32/Stuxnet (dont je parlais dans mon article de dimanche). Il est cette fois signé avec le certificat de la société JMicron Technology Corp. (encore un fabricant Taïwanais de composants électroniques, après Realtek ciblé précédemment…) et aurait été compilé le 14/07/2010.

Cette démarche paraît logique, puisque le certificat attribué à Realtek a été révoqué, et semble indiquer qu’il s’agisse de la même équipe à l’origine de la première propagation. 21/07/2010: Toutefois, comme l’indique Chet Wisniewski, la révocation des certificats n’a aucun effet sur la reconnaissance des virus signés avant celle-ci.

Enfin, il nous est signalé (Wired) que des mots de passe de bases de données des systèmes SCADA qui seraient la cible de ces attaques sont souvent codées en dur dans les distributions et qu’on retrouve notamment ces mots de passe sur des forums en langue allemande et russe, et c’est d’ailleurs ce mot de passe qui aurait mis la puce à l’oreille de Frank Boldewin:

20/07/2010: Après des rapports de sa présence dans plusieurs pays asiatiques (Iran, Indonésie, Inde), le ver est identifié pour la première fois chez un client industriel Européen de Siemens en Allemagne, selon IDG News.

A suivre toujours !

Comment se protéger (suite)

20/07/2010: Une nouvelle méthode de protection est expliquée par Didier Stevens sur son blog. Elle consiste à créer une règle locale restreignant le démarrage d’applications (exécutables .EXE ou .DLL) depuis d’autres localisations que le disque système (normalement C:\…). De son côté, CERT-LEXSI (via @razy84) explique comment sous Windows 7 et 2008 R2 on peut aller plus loin que ces règles SRP grâce à AppLocker.

20/07/2010: Sophos, enfin, présente une page de synthèse sur cette vulnérabilité.

Articles en rapport :

Faille de sécurité des raccourcis sous Windows

Une faille de sécurité qui toucherait l’ensemble des systèmes Windows de la société Microsoft a été révélée de façon assez brutale cette semaine. En effet, une exploitation particulièrement virulente de cette faille est dans la nature et elle semblerait avoir pour première cible des systèmes de contrôle industriels (SCADA).

Le 17 juin dernier, des experts en sécurité de la société biélorusse VirusBlokAda signalent à la communauté des experts de la lutte antivirale avoir détecté la propagation d’un logiciel malveillant aux caractéristiques inquiétantes:

  • propagation par clés USB ou partages réseau (ce qui est un mode de propagation classique, mais dont on espère toujours être protégé);
  • contournement des protections contre le démarrage automatique (autorun de Windows) ou la restriction des droits de l’utilisateur UAC introduite dans Windows Vista et 7;
  • signature de l’exécutable avec la clé de la société Realtek;
  • installation d’un rootkit.

Une étude détaillée de ces codes malveillants a été publiée par VirusBlokAda (voir la pièce jointe). On peut voir le virus à l’œuvre dans une démonstration réalisée par SophosLabs:

Le fonctionnement de la vulnérabilité est en effet assez bluffant, il suffit d’afficher l’icône du raccourci (un fichier à l’extension .LNK présent sur la clé USB attaquante) dans un navigateur pour que soit déclenchée l’exécution du logiciel malveillant, sans qu’aucun des dispositifs de sécurité actuels de Windows ne l’empêchent.

Microsoft confirme dans un avis de sécurité (2286198) que toutes les versions de Windows sont impactées. Chet Wisniewski de Sophos ajoute d’ailleurs que même les versions de Windows dont la sécurité n’est plus suivie par Microsoft sont impactés, à savoir Windows XP SP2 et Windows 2000.

Le logiciel malveillant détecté par les experts de VirusBlokAda aurait la particularité, selon Frank Boldewin, de chercher à se connecter sur des bases de données de systèmes de commande industriels (SCADA) de la société Siemens et on émet l’hypothèse d’un développement spécifique pour l’espionnage industriel. 19/07/2010: le CERTA détaille dans sa fiche CERTA-2010-ALE-009-002 un certain nombre d’autres comportements (création de fichiers et clés de registre) du rootkit dont des tentatives de connexions vers les sites http://www.mypremierfutbol.com et http://www.todaysfutbol.com.

Il n’en reste pas moins que tous les utilisateurs de systèmes Windows sont concernés actuellement et que de nouvelles variantes de cette attaque ne manqueront pas de se propager dans les jours qui viennent.

19/07/2010: En 2005, déjà, Microsoft avait dû corriger certains défauts des fichiers .LNK qui rendaient possible l’exécution de code malveillant (MS05-049). La différence cette fois-ci est que l’exploit est dans la nature avant qu’un correctif n’ait pu être développé. On peut aussi faire un rapprochement avec une faille signalée en 2003 par I2S-Lab (merci @MalwareScene).

Que faire pour se protéger ?

Outre les rappels courants en matière de sécurité et de manipulation de clés USB d’origine douteuse, Microsoft donne un certain nombre de premiers conseils pour empêcher la propagation de cette menace sur votre ordinateur:

  • la désactivation de l’affichage des icônes pour les raccourcis;
  • la désactivation du service WebClient.

Les deux sont expliquées sur le site de Microsoft (paragraphe Workarounds, en anglais), en attendant la publication d’une protection contre cette faille.

Dider Stevens explique sur son blog comment l’outil qu’il a développé (Ariad) permet aussi de se protéger contre cette attaque.

Articles qui évoquent ce dossier:

Du statut juridique des traitements de l’adresse IP

(suite à mon billet précédent sur l’obligation de notification d’incidents de sécurité)

Le texte issu de la commission des lois

La proposition de loi Détraigne/Escoffier aborde aussi le statut de l’adresse IP dans les traitements de données et propose un article 2 finalement assez simple :

Le deuxième alinéa de l’article 2 de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés est complété par une phrase ainsi rédigée :

« Tout numéro identifiant le titulaire d’un accès à des services de communication au public en ligne est visé par le présent alinéa. »

Et l’alinéa 2 de cet article 2 de la loi informatique et libertés dit aujourd’hui :

Constitue une donnée à caractère personnel toute information relative à une personne physique identifiée ou qui peut être identifiée, directement ou indirectement, par référence à un numéro d’identification ou à un ou plusieurs éléments qui lui sont propres. Pour déterminer si une personne est identifiable, il convient de considérer l’ensemble des moyens en vue de permettre son identification dont dispose ou auxquels peut avoir accès le responsable du traitement ou toute autre personne.

Donc tout numéro identifiant le titulaire d’un accès à des services de communication au public en ligne serait réaffirmé comme étant une donnée à caractère personnel.

Le débat sur l’adresse IP

Le débat qui amène à cette rédaction est très bien résumé dans le rapport de la commission des lois du Sénat. Un des éléments clés de celui-ci est que seul l’opérateur qui attribue les adresses IP pour les connexions de ses abonnés et éventuellement la justice qui requerrait l’identification de l’adresse IP peut connaître l’identité de son titulaire. Et donc la collecte d’adresses IP pourrait ne pas être considérée comme une collecte de données personnelles, puisque seul un tiers peut faire cette relation.

Mais, cela se heurte à plusieurs réalités:

  • beaucoup de fournisseurs d’accès offrent des adresses IP "statiques" à leurs abonnés, et il suffit d’avoir un échange sur Internet avec une personne, ou chercher des traces de l’activité de cette adresse IP sur Wikipédia pour essayer de l’identifier ;
  • toute personne qui présente un préjudice par la publication d’un contenu sur Internet peut obtenir l’identification de l’adresse IP à l’origine de cette publication, en faisant appel à la justice, en vertu de l’article 6 de la loi pour la confiance dans l’économie numérique.

Est-ce que la loi proposée répond au problème technique ?

En préambule, il est très difficile de trouver des formulations légales qui décrivent complètement un problème technique donné et qui soient insensibles aux évolutions technologiques. Donc l’exercice auquel se livre ici le législateur est évidemment délicat.

Ainsi, avant l’intervention de la commission des lois, le texte de la proposition de loi visait :

toute adresse ou tout numéro identifiant l’équipement terminal de connexion à un réseau de communication

En termes techniques, cela recouvre une adresse MAC, une adresse IP ou même le numéro IMEI d’un téléphone mobile, donc à la fois des adresses et des identifiants. Le texte de la commission des lois est plus restrictif en ce qu’il ramène à l’adresse IP attribuée par un fournisseur d’accès à son abonné. Au passage, je ne suis pas tout à fait d’accord avec la commission des lois qui déclare dans son rapport :

En effet, son attention a été attirée sur le fait que la rédaction retenue visait l’adresse MAC de l’ordinateur, et non l’adresse IP attribuée par le fournisseur d’accès.

puisque, le texte faisait référence à "toute adresse ou tout numéro identifiant", l’interprétation aurait pu être plus large et bien inclure l’adresse IP.

Cela étant dit, est-ce que la rédaction proposée est satisfaisante ? Très modestement, je dirais que ce n’est pas encore le cas. En effet, "tout numéro identifiant le titulaire d’un accès à des services de communication au public en ligne" recouvre plusieurs situations.

1. Pour commencer cela recouvre tout numéro d’abonné qu’aurait attribué le fournisseur d’accès, y compris une donnée qui n’est pas utilisée sur Internet (le numéro "client")

Pour répondre à cette difficulté, il suffirait d’écrire: "tout numéro identifiant, sur un réseau de communications électroniques, le titulaire d’un accès à des services de communication au public en ligne" pour bien signifier qu’on parle d’un identifiant technique sur Internet.

2. Ensuite, cela ne recouvre pas forcément les adresses publiques que verront les serveurs ou les autres machines sur Internet.

En effet, l’adresse attribuée à un abonné peut très bien être une adresse sur un réseau local ou privé, comme c’est le cas pour les abonnés se connectant via les services des opérateurs de téléphonie mobile qui attribuent des adresses IP privées et ne transparaissent pour les interlocuteurs sur Internet que les adresse IP des serveurs "proxy" de l’opérateur. Ainsi, plusieurs centaines ou plusieurs milliers d’abonnés utilisent l’adresse IP de ce proxy au même moment, cette adresse ne les identifie donc pas individuellement.

A un instant donné, ce sont par exemple l’adresse IP de ce proxy et le port utilisé pour sa communication qui identifient de façon unique un abonné vis à vis de l’Internet.

Selon la définition de la proposition de loi, l’adresse IP du proxy ne constitue pas une donnée à caractère personnel. Or il suffit de l’associer au numéro de port évoqué ci-dessus ou à un intervalle de temps suffisamment précis pour qu’on identifie bien une personne ou un nombre très restreint de personnes.

3. Écueil beaucoup plus important: la notion d’adresse sur Internet ne se limite pas à des numéros

En effet, une adresse IP est identifiée plus classiquement par un nom plus facile à manipuler par l’être humain, le nom d’hôte et le nom de domaine (ou nom d’hôte plus simplement). C’est le système des serveurs DNS qui fournit la correspondance entre les adresses IP et ces noms d’hôte. Tel que proposé par la commission des lois, le texte ne fait pas du nom d’hôte des abonnés à Internet une donnée à caractère personnel, puisqu’il ne renvoie qu’aux numéros.

Par exemple, un abonné de l’opérateur Free aura pour nom d’hôte déclaré une adresse de la forme "XXX.fbx.proxad.net" ou XXX est une série de lettres et de chiffres qui contiennent d’ailleurs dans ce cas l’adresse IP. Et il pourra tout aussi bien se faire attribuer des noms d’hôtes plus personnels comme sur dyndns.fr ou no-ip.com.

Pour répondre aux problèmes posés par les points 2. et 3. ci-dessus, on pourrait reprendre partiellement les termes proposés dans la rédaction initiale et écrire : "Tout numéro, toute adresse ou toute combinaison de ces informations identifiant, sur un réseau de communications électroniques, le titulaire de l’accès à des services de communication au public en ligne".

4. Mais en fait, avec l’adresse IP, on n’identifie pas réellement le titulaire de l’accès

En effet, le titulaire de l’accès à Internet est une personne, physique ou morale, titulaire d’un abonnement. Au titre de cet abonnement, elle se voit attribuer temporairement (adresses IP dynamiques) ou pour toute la durée de son abonnement (adresses IP statiques) une adresse IP lui permettant de communiquer sur Internet. Sur Internet, cette adresse IP n’identifie pas le titulaire de l’abonnement mais une machine (la plupart du temps aujourd’hui sa box ADSL).

Il peut y avoir derrière cette adresse plusieurs équipements, dont des ordinateurs, des appareils mobiles connectés, des lecteurs DVD ou des téléviseurs (certains de ces appareils intègrent aujourd’hui des applications de navigation sur Internet). Rien ne dit qu’à un quelconque moment l’utilisateur de cet abonnement soit le titulaire de l’accès. Pourtant c’est bien la seule personne que le fournisseur d’accès est en mesure d’identifier.

Donc le technicien, arguera que l’adresse IP que l’on cherche ici à protéger n’identifie pas réellement le titulaire de l’abonnement, mais simplement un équipement connecté au réseau à un instant donné. L’enquêteur acquiescera volontiers, mais soulignera que la seule façon d’attribuer une action relative à cette connexion c’est d’abord d’identifier le titulaire de l’abonnement (qui dans une large partie des cas sera aussi l’utilisateur de cette connexion, ou le chef de famille).

Au passage, l’adressage de la norme future de l’Internet (IP v6), permettra d’attribuer des blocs entiers d’adresses IP à un même titulaire.

Donc, oui, au sens de la loi informatique et libertés, l’adresse IP ou le nom d’hôte, même s’ils correspondent sur le plan technique à des équipements, identifient bien à un instant donné un titulaire d’un accès au réseau. La rédaction proposée semble donc bien la seule possible pour répondre à cette problématique.

5. Quel sort donne-t-on aux autres adresses sur Internet ?

En effet, lorsqu’on est amené à collecter des adresses IP (ou des noms d’hôte), par exemple en vue d’identifier les sources des attaques contre ses équipements, est-ce que l’on est en mesure de faire la différence entre celles qui correspondent à des titulaires d’un accès à des services de communication au public en ligne (des abonnements Internet) et celles qui correspondent à des serveurs, des routeurs ou d’autres équipements sur Internet ?

Si l’on prend le cas des serveurs, mis à disposition dans le cadre d’un contrat d’hébergement, ils peuvent tout aussi bien permettre d’identifier leur titulaire et la fonction d’un serveur est aussi variée qu’on peut l’imaginer. Et pourtant les adresses de ces serveurs ne seraient pas concernés par une telle définition.

Si l’on veut être aussi large que possible, tout en excluant les équipements réellement "neutres" de l’Internet tels que les équipements de routage des opérateurs, on pourrait proposer la rédaction suivante : "[...] identifiant le titulaire d’un service offert par une personne visée au 1 ou au 2 du I de l’article 6 de la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique."

(Le I de l’article 6 de la LCEN est en effet le lieu de la définition en creux des FAI (1°) et des hébergeurs (2°))

Conclusion

Il est donc effectivement indispensable de clarifier la nature juridique de l’adresse IP ou de ses équivalents, pour éviter les fluctuations jurisprudentielles et donc les incertitudes juridiques pour les responsables de traitement et les correspondants informatique et libertés.

On ne peut pas imposer que tous les traitements d’adresses IP ou de noms d’hôte soient considérés par défaut comme des traitements de données à caractère personnel. Ainsi, le gestionnaire des adresses internes des équipements d’une salle machine dans une entreprise serait inutilement embarrassé, tout comme l’opérateur de communications électroniques qui gère un grand nombre d’identifiants purement techniques.

La proposition que je me permets modestement d’apporter aujourd’hui paraît donc au final complexe, mais semble répondre aux écueils que j’ai pu identifier jusqu’à présent, tout en respectant les définitions juridiques couramment employées :

« Tout numéro, toute adresse ou toute combinaison de ces informations identifiant, sur un réseau de communications électroniques, le titulaire d’un service offert par une personne visée au 1 ou au 2 du I de l’article 6 de la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique est visé par le présent alinéa. »

Bonne année 2010 !

Que tous vos vœux se réalisent.

Avec ou sans caféine ?

Je ne peux m’empêcher de commenter aujourd’hui les développements autour de COFEE et DECAF.

COFEE est un outil logiciel développé par Microsoft permettant de construire sur une clé USB une compilation d’outils de collecte de données lors d’une intervention par un enquêteur sur un ordinateur allumé. Il est diffusé exclusivement auprès des services policiers dans le monde entier, notamment au travers d’Interpol.

Il a fait l’actualité lors de sa diffusion (finalement assez inévitable) sur Internet et plus récemment suite à la diffusion d’un outil sensé contrer son usage "DECAF".

Fonctionnalités de COFEE

J’ai personnellement assuré des formations qui évoquaient ce logiciel (entre autres solutions), lors d’une formation sur les live forensics à Vienne au mois de Juin et lors d’une récente rencontre des enquêteurs spécialisés français à Montluçon qu’organisait la gendarmerie. Que fait donc réellement ce logiciel ?

  • COFEE génère grâce à une interface conviviale une clé USB de collecte de données ;
  • Le script ainsi fabriqué est adapté par l’enquêteur à chaque situation ;
  • Le script vérifie les outils utilisés, pour s’assurer qu’il s’agit bien de ceux qui ont été configurés par l’enquêteur (il est en effet particulièrement important d’utiliser des outils contrôlés, par exemple il serait incorrect d’utiliser les outils présents sur l’ordinateur examiné qui peuvent être contaminés par un virus) ;
  • Il est possible d’interrompre un processus qui serait trop long (il arrive que des outils prennent trop de temps par rapport aux contraintes de la perquisition par exemple) ;
  • Enfin, les résultats sont rassemblés dans un rapport qui sera transformé en pages Web une fois revenu sur l’ordinateur de l’enquêteur pour les exploiter plus facilement.

Pourquoi COFEE a-t-il une diffusion limitée ?

Microsoft a décidé de limiter la diffusion de son outil COFEE. La raison première est tout simplement qu’il s’agit pour une fois d’un développement gratuit au profit des services de police, et pas au profit d’autres: Microsoft n’a pas choisi de le commercialiser au profit des professionnels de la sécurité, c’est parfaitement son droit. Ce n’est pas le seul outil criminalistique réservé aux services d’investigation officiels.

Mais, l’image de Microsoft a conduit certains à critiquer cette démarche, voire à suspecter l’exploitation de fonctions non documentées de Windows. Dès que COFEE a été diffusé sur Internet, il a été décortiqué et critiqué. C’est d’ailleurs intéressant de voir combien certaines critiques sont injustes ou de mauvaise foi. Peut-être la communication de Microsoft a-t-elle été maladroite (oui, il s’agit aussi pour une entreprise commerciale telle que celle-là de se faire de la publicité), mais il reste que c’est une contribution parfaitement valable au travail de la justice dans le monde, tout comme le sont tous les outils reconnus par la communauté (article sur Praetorian, ou sur ForensicsWiki).

La courte (?) saga DECAF

Mi-décembre, deux "hackers" américains ont diffusé sur Internet un outil permettant de contrer l’utilisation de COFEE. DECAF (originalement sur http://www.decafme.org/) permet, une fois installé sur un ordinateur, détecterait le lancement de COFEE sur cet ordinateur et lancerait un certain nombre de contre-mesures, comme l’éjection des périphériques USB.

Depuis, ses développeurs ont désactivé l’outil… En effet, il avait besoin d’une connexion Internet à son lancement et vérifiait la présence d’informations sur le site des développeurs. Il est évidemment possible de faire croire au logiciel qu’il est encore autorisé à fonctionner. Ces derniers avaient donc très certainement une idée derrière la tête depuis le départ: se faire de la publicité ? créer du buzz autour de COFEE ? faire passer un message ? Ce qu’ils affichent sur leur page web n’est pas très clair:

Peut-être comprendrez-vous un peu de leurs motivations initiales en écoutant cette interview donnée sur CyberSpeak ou cette vidéo diffusée sur le net:

Qu’est-ce que j’en pense au bout du compte ?

Au bout du compte, pour nos enquêteurs c’est un exemple concret d’un outil anti-criminalistique (ou anti-forensic). On en rencontre finalement assez peu.

Deuxièmement, il ne faut pas qu’une telle mésaventure détourne les sociétés informatiques, petites ou grandes, de l’intérêt de participer au développement de solutions pour les services d’enquête.

Enfin, je ne connais pas de services spécialisés dans le monde qui envisagent ou envisageaient de n’utiliser qu’un seul outil comme COFEE. Lorsqu’on enseigne l’analyse des systèmes vivants (live forensics), on apprend justement aux enquêteurs à utiliser une multitude de solutions complémentaires, à faire les bons choix, à maîtriser leurs outils. Et il est important que puissent subsister et se concurrencer (au sens le plus positif de ce terme) des outils libres, des outils commerciaux, des outils ouverts, payants ou gratuits: on a besoin de cette variété et du foisonnement des idées.

A suivre donc…

Un peu de son disque dans un PDF

Cette "faille" de confidentialité a été révélée par un article sur le blog SecureThoughts.com. Et c’est assez simple en réalité.

Lorsque vous imprimez une page Web sous forme de fichier PDF, il est courant que l’application insère le nom du fichier imprimé en pied de page et par défaut il s’agira du chemin complet vers le fichier imprimé… Donc si vous avez sauvé localement une copie de la page Web ou construit sur votre disque dur la page Web en question, le chemin complet apparaîtra, révélant certaines informations sur votre arborescence, comme votre nom d’utilisateur local.

Il est d’ailleurs possible de configurer sous Internet Explorer le pied de page (Menu Fichier / Mise en page… / Pied de page, remplacer URL par – Vide – ou autre chose).

Ce qui pose problème est que lorsqu’on effectue cette impression depuis Internet Explorer 8 (et selon l’auteur pas depuis d’autres navigateurs), l’impression insère par défaut ce chemin complet vers le fichier imprimé à l’intérieur du code du fichier PDF, sans qu’il soit possible de modifier cet état de fait, et ce quel que soit le moteur d’impression PDF utilisé (Adobe, CutePDF, etc.). Ce serait d’ailleurs aussi le cas lorsque l’on invoque l’impression depuis l’explorateur de Windows.

L’auteur de cet article propose de chercher un certain nombre de ces fichiers dans votre moteur de recherches préféré en entrant comme mots clés: "filetype:pdf file c (htm OR html OR mhtml)" (puis d, e, etc. à la place de c). Outre des fichiers PDF qui arborent cette information dans le pied de chaque page, on trouve aussi des fichiers qui les abritent au sein du code PDF, à l’insu vraisemblablement de la personne qui a publié ce fichier.

Sous un angle criminalistique, ces métadonnées sont évidemment particulièrement intéressantes pour rapprocher une impression PDF d’un ordinateur. Sur le plan de la vie privée, avant de publier un PDF d’une page Web sur son site Web, on veillera à utiliser une autre configuration.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 116 followers

%d bloggers like this: