Le virus "Gendarmerie" – Bilan de la semaine

stopransomwarebanner6

Site d’information http://stopransomware.fr/

Mise à jour du 15 janvier 2012: Attention, ce virus se propage toujours, par exemple avec des variantes réclamant 100 euros et utilisant ce genre de pages d’avertissement, comme le signale le forum Malekal (voir ici):

Drôle de semaine pour pas mal d’usagers de l’Internet et pour la communauté NTECH de la gendarmerie. En effet, dès samedi 10 décembre nous avons commencé à recevoir des sollicitations au sujet de tentatives d’escroquerie utilisant l’image de la gendarmerie. La spécificité de cette campagne par rapport aux escroqueries par courrier électronique dont nous sommes familiers, c’est qu’elles exploitaient un virus informatique.

Le processus vécu par les victimes est le suivant: en visitant un site à fort trafic (notamment des sites diffusant des vidéos en streaming), une publicité affichée sur le site déclenche l’exécution d’un programme qui exploite une vulnérabilité présente sur leur ordinateur (notamment dans des versions de Java sous Windows XP et Windows Vista). Celle-ci installe ensuite le cheval de Troie (souvent après des messages d’avertissement mal interprétés par les victimes) qui vient bloquer l’ordinateur et affiche un message réclamant le paiement d’une amende.

Les escroqueries sur Internet adoptent de nombreux ressorts pour parvenir à leurs fins. Celle-ci en cumule plusieurs qu’il est intéressant de décomposer:

  • l’utilisation de l’image d’une institution ou d’une entreprise;
  • la faute que l’on peut réparer;
  • l’obstruction.

Utilisation de l’image d’une institution

Les campagnes de phishing, les escroqueries à la lotterie et beaucoup d’autres formes de scams utilisent l’image d’une institution. Récemment ont été évoquées les campagnes de phishing liées aux impôts, mais ce sont aussi les plus grandes marques – et en particulier les établissements bancaires et les sociétés de l’Internet – qui voient leur image utilisée. Très souvent c’est uniquement le logo et la marque, mais parfois cela va plus loin et c’est toute la mise en page classique d’un document ou d’un site Web qui sont utilisés pour tromper la victime.

Dans le cas présent, c’est le logo de la gendarmerie qui est exploité, associé à celui de la République française. Ils sont naturellement associés au respect de la loi:

Le symbole de la République utilisé est une de ses représentations historiques: le faisceau de licteur, mais dans la version que l’on retrouve sur Wikipédia. Il est aujourd’hui utilisé par la Présidence de la République et on le retrouve par exemple sur nos passeports.

C’est donc très clairement le public français qui est visé. D’ailleurs, la version du virus qui est diffusée en France est effectivement liée à l’implantation géographique de la victime. En effet, comme ont pu le noter certains analystes (voir article sur Malekal), le mode de diffusion de ce virus utilise la possibilité pour des bannières publicitaires de s’adapter au pays d’où provient la connexion (c’est une fonctionnalité offerte par les sociétés qui offrent ce type de services). Derrière ce sont de véritables kits qui sont exploités (comme Blackhole) et donc vont permettre de déclencher des vulnérabilités en fonction de la configuration de la machine visée.

Dans les cas précédents qui ont été rapportés récemment, ce sont d’autres services de police qui ont été utilisés, en particulier la police allemande, mais aussi suisse, espagnole, hollandaise ou argentine.

La faute que l’on peut réparer

Le message d’alerte affiche ensuite une liste de fautes que l’on aurait commises: pédopornographie et atteintes aux droits d’auteurs. Ce mécanisme fait appel à l’inconscient collectif fortement marqué par ces sujets. Ainsi, une personne qui va sur des sites pornographiques en se cachant de son entourage pourra penser qu’il a pu visiter des sites illégaux sans y faire attention. Une autre qui télécharge des séries ou des films, sans toujours vérifier si leur origine est légale se sentira concernée. La victime est alors placée dans l’incertitude (qu’est-ce qu’on me reproche exactement ?), dans le qu’en dira-t-on (qu’est-ce que vont en penser ma femme, mes collègues ?) et dans la crainte d’une action policière (je n’ai jamais rencontré les gendarmes… est-ce qu’ils vont être durs avec moi ?).

Mais tout de suite, est offerte la possibilité de s’en sortir, par le paiement d’une amende. Le montant a l’air suffisamment sérieux (100 ou 200€ dans les cas rapportés), même si la méthode de paiement paraît un peu moins officielle (tickets et cartes prépayés).

Dans les autres formes de rançons réclamées par des escrocs, souvent le ressort de la sexualité est utilisé (et les interdits qui y sont associés), et l’accusation très forte et exagérée pour faire peur ("la femme avec qui tu discutais était ma petite sœur mineure…"). Il s’agit ici d’isoler les victimes, de les placer dans un angle dont elles ne pensent pas pouvoir se sortir, où elles auront même peur d’appeler à l’aide. L’escroc est devenu le seul ami de la victime, celui qui peut l’aider.

L’obstruction

C’est la même logique et d’autres ressorts qui sont utilisés dans les virus de rançonnement et exploités ici de façon complémentaire. L’ordinateur ne fonctionne plus et on en a besoin (ou bien on a peur d’expliquer à son propriétaire qui nous l’a prêté qu’on a fait une bêtise). Un obstacle de plus donc entre la victime et la solution de son problème. Dans certaines formes simplifiées de ces virus, c’est un simple blocage de l’ordinateur (fenêtre d’avertissement empêchant l’utilisation et parfois chiffrement des données rendant l’ordinateur inutilisable) ou du téléphone qui est réalisé:

Voir l'article d'origine ici

Bilan de la semaine

Dès le week-end dernier, la communauté des enquêteurs NTECH s’est mobilisée pour échanger de l’information sur ces affaires, d’abord pour avertir les collègues de ces cas, puis donner les bons conseils aux enquêteurs et aux victimes. Des fiches d’information ont par exemple été diffusées par les NTECH dans chaque département. Des échanges ont aussi lieu avec la police nationale, localement et nationalement (avec l’OCLCTIC et la plateforme de signalement Pharos, avec la BEFTI à Paris), qui reçoivent aussi de nombreuses sollicitations.

Pour faciliter la coordination, la permanence de la division de lutte contre la cybercriminalité, a ainsi reçu et traité plusieurs dizaines d’appels par jour sur ce dossier, recoupé et relayé les informations.

Le service de presse (SIRPA) de la gendarmerie a diffusé l’information auprès de l’AFP dès mardi (dépêche AFP reprise ici sur Tahiti infos) pour informer les médias et les pousser à reprendre les informations utiles diffusées sur un certain nombre de forums d’entraide.

L’information est reprise:

Plusieurs centaines de personnes ont dû voir leur machine contaminée au cours de la semaine en France par cette variante du logiciel malveillant. Tout le territoire français était concerné, d’où l’intérêt d’un dispositif dense d’enquêteurs formés ou sensibilisés à ces questions. Moins d’une dizaine de personnes ont effectivement payé la somme, des plaintes ont alors été prises et des enquêtes ouvertes.

Les conseils

D’abord de bon sens: la gendarmerie, la police ou les services publics en général, n’iront pas bloquer votre ordinateur et vous menacer de devoir payer une amende, encore moins pour des faits totalement vagues et par un moyen de paiement plutôt réservé à des applications ludiques. Donc, dans ces cas-là se renseigner sur Internet (comme l’ont fait de nombreuses victimes sur des forums d’échanges) ou appeler l’administration concernée et ne jamais payer de sommes d’argent dans un tel contexte.

Sur le plan technique ensuite: tenir à jour son système d’exploitation, les différents logiciels et ajouts (plugins) installés (Java, Flash, Adobe reader pour ne citer que quelques-uns), ainsi que les solutions de sécurité (tels les antivirus). Pour les personnes dont l’ordinateur a été contaminé, plusieurs guides d’aide à la désinfection existent (Melani- agence Suisse de sécurité informatique – signalé par @xylit0lMalekal).

Sur le plan judiciaire enfin. Evidemment, l’installation malveillante d’un virus sur un ordinateur constitue une atteinte à un système de traitement automatisé de données, puni notamment en France par les articles 323-1 et suivants du code pénal. Toutefois, il n’est pas forcément judicieux de porter plainte pour toutes les occurrences de tels faits, même si vous en avez parfaitement le droit. Nous sommes parfaitement au courant que chaque jour des centaines de personnes sont concernées en France et les enquêteurs de la communauté NTECH sont d’ailleurs mobilisés pour répondre à vos questions et vous assister, en particulier sur ce cas comme je vous l’expliquais plus haut.

Dans ce cas, le conseil que l’on peut donner, est de ne déposer formellement plainte que si vous avez malheureusement payé la rançon réclamée. Cela nous permettra d’envisager, avec l’accord des juridictions locales concernées (votre Procureur de la République), de remonter sur les moyens de paiement utilisés.

Autres images

Version OCLCTIC

Lancement du projet 2CENTRE

Mardi 31 mai, se tenait le lancement du projet 2CENTRE visant à la création d’un réseau de centres d’excellence pour la formation et la recherche contre la cybercriminalité. L’événement s’est déroulé en duplex entre Paris et Dublin où avait lieu une conférence organisée par nos partenaires irlandais de l’UCD.

La naissance du projet

Le projet a germé voilà trois ans déjà, et sa première étape fut un rapport rédigé par Nigel Jones et Cormac Callanan à partir des contributions des différentes partenaires potentiels (télécharger le PDF ici). Il s’agissait de donner une dimension opérationnelle aux travaux menés par le groupe de travail européen sur la formation en cybercriminalité (ECTEG), c’est-à-dire des espaces où pourraient effectivement se développer et être délivrées les formations pensées à l’ECTEG, dans un esprit de partage et aussi avec le souci de ne pas former uniquement les services de police mais aussi l’ensemble de nos partenaires. Le projet qui comporte bien évidemment une dimension de recherche scientifique pour soutenir la formation a pour ambition d’associer à chaque fois l’ensemble des parties intéressées autour d’un partenariat fort: universités/établissements d’enseignement, services de police, industriels concernés.

La première étape

La première étape a consisté, avec le support de la Commission Européenne, à identifier les premiers pays où la création de tels centres était possible rapidement et d’initier une structure permettant de les mettre en réseau.

En France, nous avons rassemblé au cours de deux réunions, l’ensemble des partenaires potentiels, auxquels le projet a été expliqué et une première équipe a été constituée pour présenter un dossier en vue d’un financement européen.

Ainsi, dans un premier temps, la France et l’Irlande se sont associées pour profiter de la dynamique qui y préexiste. C’est le projet que nous lancions mardi et qui comporte trois composantes principales:

Dès le mois de janvier 2010 nous recevions le feu vert du programme ISEC (Prévention du crime et lutte contre la criminalité) de la Commission Européenne.
Dans un temps très proche, la Belgique a initié un projet frère le B-CCENTRE dont le lancement s’est tenu la semaine dernière et l’Estonie ne devrait pas tarder à suivre, comme de nombreux autres projets qui commencent à émerger en Europe et peut-être dans d’autres régions du Monde.

Le contenu du projet de centre français

Le projet de centre français rassemble déjà de nombreux partenaires: l’université de technologie de Troyes, l’université de Montpellier, la gendarmerie et la police nationales, les sociétés Thalès et Microsoft France. Orange France soutient financièrement l’initiative.

La première activité consistera, autour de ce premier noyau, à créer concrètement le centre français. Sa particularité est qu’il s’agira de mettre en réseau l’ensemble des parties prenantes qui partagent avec nous le même objectif de contribuer à la lutte contre la cybercriminalité par la recherche et la formation. Donc seront amenés à nous rejoindre, au cours des prochains mois d’autres partenaires académiques, industriels et services d’enquête spécialisés.

Deux séries d’activités concrètes couvrent ensuite les aspects de formation et de recherche:

  • une formation en ligne pour les premiers intervenants: il s’agit d’offrir un module d’initiation à la cybercriminalité aux policiers et gendarmes, notamment ceux qui accueillent le public et donc reçoivent les premières plaintes et mènent les premiers actes d’investigation;
  • un module de formation en ligne sur l’analyse des systèmes Windows 7 pour les enquêteurs: au-delà de ce premier projet il s’agit de tester en grandeur réelle ce type d’outil de formation permettant la mise à jour des compétences des enquêteurs spécialisés;
  • l’amélioration et la formalisation des enseignements existant pour les enquêteurs spécialisés: l’objectif est de consolider les formations existantes et éventuellement de partager certains de ces modules clés en mains avec des pays partenaires;
  • un projet de recherche sur la détection distribuée d’intrusions sur les réseaux;
  • une étude sur les besoins en formation, notamment pour identifier les besoins des entreprises (petites et grandes) et en particulier les acteurs qui sont en premier en contact avec les services d’enquête spécialisés (prestataires Internet, fournisseurs d’accès, opérateurs), qu’il s’agisse de proposer des cahiers des charges pour la formation continue ou d’inciter les formations existantes (notamment d’ingénieurs en informatique ou en sécurité des systèmes d’information) à inclure des modules sur l’investigation numérique et le lien avec l’enquête judiciaire;
  • l’animation d’une communauté francophone pour le développement d’outils d’analyse forensique (au départ autour des systèmes de fichiers), avec la volonté de contribuer activement à l’opensource dans ce domaine;
  • la création d’outils de sensibilisation pour les petites entreprises;
  • l’évaluation de modules de formation européens préexistants (certains modules déjà développés, notamment dans le cadre d’ECTEG, doivent être évalués selon des standards académiques).
Bien entendu, ce n’est qu’une première étape et d’autres projets verront le jour. Ils recevront l’appui du centre français, et seront initiés par ses membres actuels ou par de futurs partenaires.
***
Rendez-vous donc dans les mois qui viennent pour les premiers résultats de ce projet et un grand merci à l’ensemble de ceux qui y contribuent déjà ou par avance à ceux qui nous soutiendront dans le futur.

Ouverture de la licence professionnelle NTECH

La gendarmerie nationale forme ses enquêteurs dans de nombreux domaines: la délinquance économique et financière, les atteintes à l’environnement et à la santé publique, l’analyse criminelle, etc.

Depuis 2001, après une première phase expérimentale, son centre national de formation de la police judiciaire (CNFPJ à Fontainebleau) accueille des stagiaires dans le domaine de la lutte contre la cybercriminalité: les enquêteurs "NTECH" ou "enquêteurs en technologies numériques".

Progressivement cette formation s’est enrichie et en 2005 un partenariat fut noué avec l’université de technologie de Troyes, avec la création d’un diplôme d’université et la réalisation d’une partie des cours à Troyes. D’autres partenariats existent déjà, par exemple avec l’université de Strasbourg pour la formation en délinquance économique et financière. Le partenariat avec l’UTT permet d’ores et déjà aux gendarmes NTECH les plus expérimentés d’accéder au Master SSI de cette université.

Dans le même temps, des projets successifs, financés par l’Union européenne, ont permis (toujours depuis 2001) aux services spécialisés des différents états membres de l’Union Européenne d’échanger sur des bonnes pratiques en matière de formation à la lutte contre la cybercriminalité. La gendarmerie nationale a participé à ces travaux depuis le début. Ils ont permis de développer ensemble des modules de formation (comme celui sur l’analyse forensique des systèmes vivants que j’évoquais en 2009). Ils ont aussi conduit à définir ensemble une stratégie visant à développer les partenariats académiques pour ces formations et ainsi les enrichir et les consolider. Ce travail collectif se poursuit depuis 2007 dans le cadre de l’European cybercrime training and education group (site Web en cours de développement).

Ce travail commun a permis à la gendarmerie nationale et à l’UTT de construire aujourd’hui ensemble une véritable formation diplômante, reconnue depuis cette année par le Ministère de l’Education Nationale, la licence professionnelle d’Enquêteur en technologies numériques. Ainsi, chaque année dorénavant, la vingtaine de stagiaires qui finalisent avec succès l’ensemble des modules théoriques et pratiques recevront une licence professionnelle. Les premiers concernés feront leur rentrée le 17 janvier prochain à Fontainebleau et poursuivront leur année de formation en alternant les séjours à l’UTT avec ceux réalisés au CNFPJ, des modules de formation à distance, les travaux pratiques dans leurs unités et pour finir la rédaction d’un mémoire.

Rentrée à Rosny-sous-Bois

(image sur le site de la gendarmerie nationale)

J’évite de trop personnaliser les témoignages que j’apporte sur ce blog, mais la rentrée m’a contraint à rester silencieux pendant plusieurs semaines, non pas par manque d’inspiration, mais emporté que j’étais par mes nouvelles tâches.

En effet, depuis le 16 août, j’ai eu l’honneur de rejoindre la tête de la Division de lutte contre la cybercriminalité (DLCC) du Service technique de recherches judiciaires et de documentation (STRJD) de la gendarmerie nationale à Rosny-sous-Bois. J’ai donc été très occupé par ces nouvelles responsabilités et me suis presqu’entièrement consacré à celles-ci.

Je ne révélerai évidemment pas les détails des affaires que nous traitons au quotidien, mais je profite de ma petite tribune pour vous présenter mon unité. L’histoire de la DLCC remonte à 1998. A l’époque, je travaillais à proximité dans le Fort de Rosny-sous-Bois, ayant rejoint depuis peu l’équipe du département informatique et électronique de l’institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN).

Le STRJD est le service chargé, pour la gendarmerie, d’administrer l’information judiciaire, de faire circuler et traiter les messages de demande de rapprochement et de gérer les bases de données qui permettent ces rapprochements (en particulier Judex ou le fichier automatisé des empreintes digitales pour la gendarmerie). Son relais sur le terrain est constitué par les brigades départementales de renseignement et d’investigation judiciaire (BDRIJ).

Au sein du STRJD donc a été constituée en 1998 une équipe chargée de débusquer les infractions sur les réseaux ouverts au public. Depuis, cette équipe a crû progressivement pour atteindre l’organisation actuelle:

  • le département de répression des atteintes aux mineurs sur Internet (RAMI),
  • le département des investigations sur Internet (D2I), à vocation plus généraliste,
  • le département soutien et appui.

Au sein du RAMI, on retrouve le centre national d’analyse des images de pédopornographie (CNAIP), dont les missions ont été fixées par un arrêté du 30 mars 2009.

Enfin, au sein du département soutien et appui, a été placé le guichet unique téléphonie et Internet (GUTI) chargé de faciliter au quotidien les relations entre les enquêteurs de la gendarmerie nationale et les opérateurs de communications électroniques.

Les relais de l’action de la DLCC sur le terrain sont des enquêteurs en technologies numériques (NTECH) de toute la France qui, chacun dans leur région, mènent les investigations sur Internet qui toujours trouvent un prolongement hors de l’Internet.

J’espère passer quelques années passionnantes à ce poste !

4ème Forum International sur la Cybercriminalité – Un bilan

Le 4ème Forum International sur la Cybercriminalité qui s’est déroulé les 31 mars et 1er avril 2010 a tenu ses promesses, avec plus de 2200 participants, des dizaines d’exposants, 30 ateliers et conférences pour répondre aux attentes de tous. La reprise assez importante par la presse de cet événement dénote l’intérêt du grand public pour une plus grande sensibilisation sur ces sujets. La présence nombreuse de nos interlocuteurs dans les entreprises, régionales ou nationales montre aussi une véritable préoccupation.

Un public nombreux à l'ouverture du FIC 2010

Le FIC est aussi devenu un véritable événement Européen et International avec la présence de nos partenaires de dizaines de pays. J’ai ainsi pu rencontrer les collègues que j’y côtoie habituellement (Belges, Anglais, Allemands, …), mais par exemple un camarade de la gendarmerie royale du Maroc ou écouter l’exposé de Mohamed Chawki (Conseil d’Etat, Egypte) nous exposer la situation dans son pays et ailleurs en Afrique en matière de législation contre la cybercriminalité.

Dans quelques jours, les photos et les compte-rendus des ateliers seront disponibles sur le site de la conférence.

Guides contre la cybercriminalité

Deux guides qui ont beaucoup contribué au succès du FIC ont été publiés dans une nouvelle édition, chacun à destination d’un public différent.

Le guide pratique du chef d’entreprise face au risque numérique (4° éd.)

Rédigé avec le soutien du Clusif et de l’association S@ntinel, ainsi que de nombreux partenaires publics et privés. Le guide est organisé en deux grands chapitres:

  • Douze études de cas (La divulgation de savoir-faire, Le vol d’ordinateur portable ou de PDA, La défiguration de site Web,…)
  • Les recommandations des institutions.

Il a été distribué au cours du salon et sera disponible en téléchargement très bientôt sur le site du FIC (mais on le trouve déjà en cherchant bien…). Indispensable !

Cybercrimin@lité, réflexes et bonnes pratiques (2° éd.)

Plus discret, car destiné au public des enquêteurs et des magistrats, ce guide en est déjà à sa deuxième édition. Il a été rédigé sous la houlette d’un comité rédactionnel régional trans-frontière: Eric Absil (RCCU Charleroi), David Cassel (NTECH à Arras), Serge Houtain (RCCU Tournai) et Laurent Frappart (NTECH à Arras) et le nombre de contributeurs est particulièrement nombreux.

Ce guide est organisé en cinq grandes parties:

  • Un chapitre d’introduction et de définitions
  • Vecteurs et supports de la cybercriminalité
  • Les constatations dans l’espace virtuel
  • Les cadres légaux belge et français
  • 11 fiches réflexes

Bilan des conférences et ateliers

Tout d’abord un coup de chapeau à mes camarades de la Région de gendarmerie Nord Pas de Calais et à tous leurs partenaires pour la réussite de cet événement ! Je n’ai malheureusement pas pu assister à beaucoup des conférences et ateliers, mais un sujet était très présent cette année, jusque dans les conclusions du Général d’armée Marc Watin-Auguouard, la cyberdéfense.

La France et l’Europe sont-elles prêtes dans la lutte contre les nouvelles formes de conflit sur les réseaux et les risques les plus graves contre nos infrastructures vitales ? Le bilan de la table ronde dédiée à ce sujet est positif, même s’il reste des efforts à faire, notamment en termes de connaissance du dispositif par l’ensemble des acteurs concernés (comme le portail officiel sur la sécurité informatique).

A titre personnel j’indiquerais qu’il faut peut-être encore plus décloisonner les interactions public-privé (les partenariats public-privé dans la cyberdéfense étaient le thème de cette table ronde). On sent en effet, malgré les ouvertures et les projets communs qu’il manque une fluidité dans la circulation de l’information. Les OzSSI (observatoires zonaux de la sécurité des systèmes d’information) sont un outil de ce décloisonnement, peut-être faut-il attendre maintenant des entreprises qu’elles partagent plus facilement l’information, notamment au sein d’un même secteur économique, pour être ensemble mieux préparées aux risques.

Rendez-vous en 2011 !

900.000 € de marchandises frauduleusement acquises transitaient par les Alpes-Maritimes

La gendarmerie nationale publie sur son site Web une brève relatant les résultats d’une investigation menée conjointement par les gendarmes de Grasse et la police judiciaire de Nice.

Ainsi, 3 personnes ont été interpellées mardi 05 janvier 2010 à Pégomas (06). Elles sont soupçonnées d’avoir été exploitées comme mules pour renvoyer les colis illégalement acquis grâce à des numéros de cartes bancaires volés, qu’elles reconditionnaient pour les renvoyer vers la Côte d’Ivoire ou le Mali.

Ces personnes avaient été recrutées par Internet pour exercer une forme de "travail à domicile" qui devient malheureusement de plus en plus courante et qui constitue des actes de complicité et de recel de vol et d’escroquerie. Elles risquent 10 ans de prison et 750.000 € d’amende, en fonction des infractions qui seraient éventuellement retenues contre elles.

Ne tombez pas dans le panneau : il n’existe pas de métier légal et facile consistant à renvoyer de l’argent ou des biens reçus dans son compte bancaire ou sa boîte aux lettres au profit d’une soi disant entreprise d’importation ou d’un nouvel ami qui vous aura recruté sur Internet. Il s’agira toujours d’une escroquerie.

Actions de sensibilisation des parents aux risques de l’Internet

Introduction de la présentation

Introduction de la présentation

Des gendarmes, enquêteurs en technologies numériques (NTECH), de la région Nord Pas de Calais, ont développé un module de sensibilisation aux risques de l’Internet à destination des parents. Il a été présenté dans sa version aboutie le 31 mars 2009 à Tilloy-les-Mofflaines (62).

Différents articles et reportages s’en sont fait l’écho :

Périgueux – Séminaire commun des enquêteurs spécialisés

NTECH

Les enquêteurs spécialisés de la gendarmerie nationale (les NTECH, enquêteurs technologies numériques) et de la police nationale (les ESCI, enquêteurs spécialisés en criminalité informatique) étaient réunis du 24 au 26 novembre 2008 à l’École nationale de police de Périgueux.

Les rencontres, organisées cette année par l’OCLCTIC, ont rassemblé plus de 120 personnes pour aborder des sujets techniques divers, parmi lesquels on peut citer la sécurité du Wifi, les réseaux sociaux ou l’association Signal-Spam.

Le prochain rendez-vous du même genre sera organisé par la gendarmerie nationale en 2009. Elles sont une occasion chaque année, pour une partie de ces enquêteurs spécialisés (plus de 150 d’entre eux ont été formés dans chacune des deux forces et la ministre de l’Intérieur a confirmé en janvier 2008 son intention de voir leur chiffre doubler d’ici 2012) de se rencontrer et d’échanger.

Interpellations par la gendarmerie dans le "warez"

Warez

Warez

Une quinzaine de personnes suspectées d’avoir participé à un forum organisant la diffusion de contrefaçons de films sur Internet ont été interpellés mardi dans le cadre d’une opération nationale initiée par la brigade de recherches de la gendarmerie nationale de Paris-Exelmans.

La Voix du Nord signale l’interpellation dans cette affaire de trois jeunes de la région d’Arras. 01net détaille le mode opératoire : l’intrusion frauduleuse dans les systèmes d’entreprises pour disposer d’espace de stockage et la diffusion sur le forum du groupe (de la "team") des adresses de ces serveur pour mettre à disposition les contenus contrefaits fournis par les différents membres.

Ce n’est pas la première telle opération de la gendarmerie, qui s’attaque à la source des échanges organisés de contrefaçon de musique ou de vidéo :

En juillet de cette année, le SRPJ de Montpellier avait procédé à l’interpellation des auteurs présumés (affaire Carnage) de la création d’une contrefaçon du film Bienvenue chez les Chtis (et d’autres infos ici affaire Cinefox).

Au-delà des personnes qui téléchargent ces contenus d’origine illégale, il s’agit dans ces affaires des maillons essentiels de la contrefaçon d’œuvres de l’esprit. Ils sont soupçonnes de commettre de façon concertée :

  • des actes de contrefaçon (copie des supports originaux, copie du film en salle, copie des films avant leur sortie grâce à des complicités dans les circuits de production ou de distribution…). Une telle infraction constitue un acte de contrefaçon, réprimé par le code de la propriété intellectuelle et puni d’un maximum de trois ans d’emprisonnement et de 300.000 euros d’amende et jusqu’à cinq ans et 500.000 euros d’amende pour des faits commis en bande organisée ;
  • l’intrusion dans des serveurs et la copie sur ces serveurs ainsi contrôlés des contrefaçons pour les partager avec les membres des forums de partage. De tels faits sont punis par les articles 323-1 à 323-7 du code pénal, de cinq ans d’emprisonnement et 75.000 euros d’amende.

Évidemment, les peines maximum ne devraient pas être prononcées, toutefois, il ne faut pas négliger cet aspect particulier de la contrefaçon qui présente un risque pour les entreprises. En effet, il ne s’agit plus ici d’échanges entre "personnes consentantes" via des réseaux pair à pair, mais de l’abus des ressources de personnes innocentes – et souvent des entreprises – dont effectivement les machines étaient mal sécurisées, mais qui au mieux n’auront qu’une visite courtoise des autorités et au pire vont mettre plusieurs semaines à rétablir un fonctionnement correct de leurs systèmes.

Et il existe encore des dizaines de forums (ou "boards") qui revendiquent de tels actes de contrefaçon. Souvent et historiquement, il s’agit de la scène "warez" de contrefaçon ou de contournement des protections des logiciels, mais de plus en plus souvent orientés exclusivement vers la musique et surtout les films commerciaux.

En conclusion, cette affaire et d’autres à venir sont une incitation supplémentaire de mieux sécuriser et surveiller correctement l’utilisation de vos machines et serveurs connectés à Internet !

Arrestation de trois bulgares soupçonnés de skimming dans des distributeurs de carburant

Suite à une plainte déposée auprès de la section de recherches de la gendarmerie nationale à Rennes, une enquête de plusieurs mois a conduit à l’identification de trois bulgares qui ont été interpellés dans leur pays, jeudi 06 novembre 2008.

Ils sont soupçonnés d’avoir abusé plusieurs centaines de clients ayant utilisé leur carte bancaire sur des distributeurs automatiques de carburant de la région Bretagne. Ils utilisaient la technique du "skimming", qui consiste à installer un dispositif permettant de copier la piste magnétique et d’enregistrer le code composé par la victime, permettant ensuite de fabriquer une fausse carte qui est utilisée ensuite pour faire des retraits d’argent liquide dans certains pays étrangers (en Afrique du Sud dans la présente affaire).

C’est une coopération exceptionnelle entre les autorités françaises et bulgares, avec le soutien d’Europol qui a permis cette interpellation qui devrait conduire à l’extradition des auteurs présumés vers la France et la transmission des différents objets saisis sur place pour exploitation par les enquêteurs de la gendarmerie nationale assistés éventuellement d’experts.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 133 autres abonnés

%d bloggers like this: