Des images utilisées pour commander des botnets

monkif-secureworksIl y a quelques jours, j’évoquais l’utilisation des groupes de discussion de Google pour diffuser les commandes d’un botnet. Les chercheurs de SecureWorks (CTU Counter Threat Unit) ont ainsi mis au jour un nouveau mode de distribution de ces ordres : l’utilisation d’images diffusées par des serveurs Web. C’est en observant le fonctionnement du botnet DIKhora/Monkif qu’ils ont pu faire ces observations. Il s’agit d’un cheval de Troie apparu apparemment assez récemment (08/2009) et encore peu documenté.

Cette méthode est particulièrement astucieuse, dans la mesure où elle sera le plus souvent indétectable pour les outils de filtrage des entreprises. En effet, quoi de plus banal sur un réseau que la visualisation d’images via une connexion HTTP. Ce type de canal caché n’est pas complétement nouveau dans sa conception, au sens où des images mouchards sont souvent utilisées pour permettre le décompte de visites sur des sites Web.

Mais ici, le procédé est encore plus astucieux : l’image téléchargée présente non seulement un nom de fichier caractéristique d’un JPEG, avec une extension en « .jpg », mais possède un en-tête  identique à ces images. L’en-tête d’un fichier est constitué – le plus souvent – par les premiers octets d’un fichier et constituent une sorte de signature  qui va indiquer au système d’exploitation ou au logiciel d’affichage à quel type de fichier il a affaire, et parfois quelle version du format de fichier est utilisée.

La technique (décrite aussi ici) est la juxtaposition de 32 octets typiques du début d’un fichier JPEG, suivis d’une commande pour les machines zombies embrouillées par un codage spécial (un XOR avec la valeur 4). Dans l’exemple cité, les concepteurs n’ont même pas pris la peine de rendre le fichier affichable. Mais sachant qu’une image JPEG peut contenir des commentaires (par exemple en utilisant le codage EXIF qui permet d’ajouter à une image des informations collectées pendant la prise de vue telle que la position GPS ou la marque de l’appareil photo), il est parfaitement imaginable de camoufler ces commandes de façon beaucoup plus difficile à détecter.

A suivre donc, et cela milite peut-être pour une évolution des pare-feux installés sur les réseaux des entreprises.

À propos Éric Freyssinet
Officier de gendarmerie. Docteur en informatique. Travaille depuis 1998 dans le domaine de la lutte contre la cybercriminalité, actuellement conseiller auprès du Préfet en charge de la lutte contre les cybermenaces au Ministère de l'intérieur. Les idées publiées sur ce blog le sont à titre personnel. Law enforcement officer (colonel with the Gendarmerie nationale in France). PhD in computer science. Working since 1998 in the fight against cybercrime. Views published on these blogs are personal.

One Response to Des images utilisées pour commander des botnets

  1. Ping : Le DNS cible de toutes les attaques? « Criminalités numériques

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :