Attaque DDoS Twitter (suite)

En complément à mon billet d’hier sur l’attaque contre Twitter de la semaine passée, Arbor Networks en ferait une analyse intéressante tendant à indiquer qu’il ne s’agit effectivement que d’un événement de faible amplitude et qu’au même moment des attaques beaucoup plus importantes avaient lieu (contre un opérateur asiatique par exemple).

(Plus d’informations ici)

Cela confirmerait les inquiétudes sur la résistance de telles plateformes à des attaques de grande ampleur.

C’est la rentrée – attaques DDoS sur Twitter ?

Image du blog de Cyxymu

Image du blog de Cyxymu

Les vacances sont finies pour moi ou presque, l’actualité n’a pas été particulièrement active. J’ai continué d’alimenter la liste de signets que vous voyez dans la colonne de gauche du présent blog (sous le titre : « Mes derniers bookmarks »).

Un « événement » a fait la une de l’actualité, y compris dans les principaux journaux français (Le Monde par exemple et plus ici), à savoir l’attaque dont Twitter et Facebook ont été victimes. Je suis presque contraint de l’évoquer, tout en soulignant que des attaques en déni de service sont quotidiennes sur Internet, mais ce n’est pas réellement là le sujet.

Une attaque en déni de service distribué (plus d’explications sur Wikipédia), tout d’abord, consiste à empêcher l’accès des usagers légitimes d’un service sur Internet (donc par exemple un site Web tel que Twitter ou Facebook, ou votre blog personnel) en initiant des connexions multiples depuis plusieurs endroits sur Internet (d’où la notion de distribution).

Ce type d’attaque a été rendu célèbre par les événements survenus en Géorgie l’année dernière, où des attaques coordonnées contre les sites Web gouvernementaux ont accompagné les tensions militaires avec la Russie du mois d’août 2008. C’est donc assez logiquement qu’une explication politique a été trouvée à cette attaque contre Twitter et Facebook. En effet, l’hypothèse d’un attaque ciblant Cyxymu, un abonné Géorgien de Twitter et Facebook et s’exprimant pour l’indépendance la défense d’intérêts liés à la situation de l’Abkhazie s’est très rapidement propagée.

Évidemment, l’utilisation croissante de ces sites par des personnalités du monde politique n’est pas pour rien dans cette médiatisation de l’incident. Et la politique est souvent évoquée dans le cas d’attaques rendues publiques au cours des trois dernières années. La torpeur de l’été y est sans doute aussi pour quelque chose et cela montre aussi l’intérêt des médias pour ces nouvelles formes de communication et de diffusion de l’information.

La réalité des attaques en déni de service est qu’elles sont quotidiennes sur Internet. Les botnets, par exemple, que j’ai évoqués à plusieurs reprises ici, permettent ce genre d’attaques. Ces types de services sont même commercialisés par des groupes criminels pour quelques dizaines ou centaines de dollars, vantant la possibilité d’empêcher le fonctionnement du site Web de son concurrent. Certains (comme Max Kelly, directeur de la sécurité chez Facebook, répondant ici à CNet News), ont émis l’hypothèse que cette attaque particulière aurait été rendue possible grâce à la diffusion de spams supposément émis par Cyxymu et conduisant des milliers d’usagers à se connecter en même temps sur son « tweet » (blog de Cyxymu).

L’explication est-elle convaincante ? L’information sur la coïncidence entre le spam visant Cyxymu et les incidences sur Twitter et Facebook est perturbante, parce qu’elle vise encore la Russie ou plutôt des citoyens Russes, mais sa source est intéressante : Max Kelly a certainement accès aux journaux des serveurs Web de sa société (Facebook) et donc à l’origine des clics qui ont conduit à cet incident, où en tous cas d’une partie d’entre eux.

Cette affaire mérite-t-elle un tel intérêt ? Oui, au sens où la défaillance pendant plusieurs heures d’un site Web aussi utilisé (et utile selon les points de vue) que Twitter en tant que telle est un événement. Les protections contre les attaques en déni de service ne sont pas facile à mettre en œuvre et supposent souvent d’installer des infrastructures supplémentaires en amont des serveurs Web pour filtrer les requêtes problématiques. Il semblerait que dans ce cas il s’agissait – au moins partiellement – de connexions légitimes provenant d’internautes réels utilisant leur propre navigateur : il paraît difficile d’imaginer de filtrer de telles connexions (il faudrait filtrer au niveau applicatif, à savoir sur la base du contenu de la requête lui-même – l’adresse de la page demandée – qui est quasiment le même pour tous les clics).

En tous cas, il sera essentiel que des dispositifs plus efficaces soient inventés pour lutter contre les attaques en déni de service, notamment dans le cas de serveurs utilisés par autant d’internautes dans le monde. Le « cloud computing », c’est-à-dire le développement de technologies qui permettent de stocker toutes ses données dans des serveurs accessibles et exploitables de partout sur Internet n’est pas viable à long terme dans de telles conditions (on voit combien les incidents dont souffrent parfois les plateformes de Google fait douter ses usagers).

PS: Information incidente révélée aujourd’hui par Jose Nazario de chez Arbor Networks (origine ici). Celui-ci a découvert pendant des investigations sur cette affaire d’attaque en déni de service contre Twitter, que des comptes Twitter sont utilisés par des criminels Brésiliens comme outil pour diffuser les commandes à destination d’un botnet, dont la fonction est vraisemblablement la collecte illégale de données personnelles.

Condamnation d’un cracker de 17 ans à 11 mois de prison aux USA

In English anglais

Worcester

Worcester

Âgé aujourd’hui de 17 ans, un jeune originaire de Worcester, dans la région de Boston (Massachusetts, USA) a été condamné à 11 mois de prison dans un centre de détention pour mineurs et un total de 2 ans avec sursis, lors d’un jugement prononcé la semaine passée.

Il était poursuivi pour avoir commis des faits d’atteintes à des systèmes de traitement automatisé de données (d’entreprises), passé des appels injustifiés au numéro d’urgence américain (911) et utilisé des numéros de cartes bancaires volés pour effectuer des achats. Tous ces faits ont été commis entre novembre 2005 et mai 2008.

Le suspect, connu sous le pseudonyme de DShocker, a reconnu les faits et risquait un maximum de 10 ans d’emprisonnement. En France, pour des faits similaires, à savoir des intrusions dans des systèmes de traitement automatisés de données, des attaques en déni de service, l’exploitation de botnets, ce jeune homme risquait jusqu’à cinq ans de prison et 75 000 € d’amende (articles 323-1 à 323-7 du code pénal). En réalité, s’agissant d’un mineur, il n’aurait peut-être pas été condamné en France à une peine d’emprisonnement pour de tels faits.

Royaume-Uni: Nouvelle loi contre les attaques DDoS et les outils de piratage

ministry-of-justice-ukUn article du Register nous apprend qu’une nouvelle loi a été promulguée au Royaume-Uni (voir l’acte de promulgation ici) criminalisant les attaques en déni de service et la diffusion d’outils de piratage. Cette loi est valable pour le Pays de Galles et l’Angleterre, un texte semblable ayant déjà été promulgué en Écosse.

La nouvelle infraction du Computer misuse act interdit le fait d’entraver le fonctionnement d’un système d’information. Elle est punie d’une peine maximale de 10 ans d’emprisonnement et d’une amende.

L’accès illicite à un système d’information est maintenant puni d’une peine maximum de 2 ans d’emprisonnement contre six mois auparavant.

La deuxième infraction créée interdit la fabrication, l’adaptation, la fourniture ou l’offre d’un dispositif avec l’intention qu’il soit utilisé pour commettre, aider à commettre les infractions de piratage. Ce qui est intéressant à noter, il est aussi interdit de fournir un dispositif dont on pense qu’il peut servir à commettre ces infractions. Elle est punie d’une peine d’emprisonnement maximale de 2 ans.

Le texte de cette nouvelle loi provient des sections 35 à 38 de la loi sur la Police et la justice de 2006.

Cette promulgation vient compléter le dispositif de ratification par le Royaume-Uni de la convention du Conseil de l’Europe sur la cybercriminalité et notamment son article 6 qui criminalise la diffusion d’outils de piratage.

En France, cette infraction est punie par l’article 323-3-1 du code pénal:

« Le fait, sans motif légitime, d’importer, de détenir, d’offrir, de céder ou de mettre à disposition un équipement, un instrument, un programme informatique ou toute donnée conçus ou spécialement adaptés pour commettre une ou plusieurs des infractions prévues par les articles 323-1 à 323-3 est puni des peines prévues respectivement pour l’infraction elle-même ou pour l’infraction la plus sévèrement réprimée. »

La mention d’un « motif légitime » permet de couvrir la recherche et le travail des spécialistes sur la sécurité des systèmes d’information. C’est une vision un peu différente de ce texte anglais qui évoque l’intention malhonnête, le texte français est donc plus large dans son périmètre, puisqu’il interdit aussi la diffusion par des non professionnels ou hors d’un contexte « légitime ». Il reste à la jurisprudence d’établir progressivement ce qui sera en France considéré comme un motif légitime et à la justice anglaise de prouver l’intention malhonnête de l’une ou l’autre des parties.

Enfin, il faut noter que le texte anglais limite les dispositifs concernés à un programme ou des données stockées sous forme numérique, alors que la convention du conseil de l’Europe parle de tout dispositif, y compris un programme informatique et que la loi française est beaucoup plus large puisque visant aussi bien les matériels.

%d blogueurs aiment cette page :