Botnet de 1,9 million de machines – nouvelles méthodes de lutte

In English anglais

La société Finjan révèle aujourd’hui l’existence d’un botnet regroupant plus de 1,9 millions de machines infectées.

Le centre de commande de ce réseau de machines zombie serait situé en Ukraine et selon les informations collectées par les spécialistes de Finjan, grâce à la surveillance qu’ils ont pu faire en s’infiltrant dans ce serveur de commandes, il y aurait une équipe de six personnes à la tête de ce complot numérique.

Sur le blog de Finjan, on voit des exemples de l’interface web de contrôle de ce réseau. Les actions qui peuvent être ordonnées par ce centre de commandes incluent la possibilité d’installer des chevaux de Troie aux fonctions variées : lecture d’adresses mél, communications entre machines en utilisant le protocole HTTP des serveurs Web, le lancement de processus malins, l’injection de code exécutable dans d’autres processus déjà lancés, la visite de sites Web sans l’intervention de l’utilisateur de la machine, etc.

La répartition relevée par Finjan est la suivante : US / 45%, UK / 6%, Canada / 4%, Germany / 4%, France / 3%, autres / 38%. Cela représente donc environ 60.000 machines victimes sur l’ensemble de notre territoire national… Il semblerait que les machines infectées tournent sous Windows XP.

On voit ici, une fois de plus, que pour lutter contre ce type de cyberdélinquance, il est indispensable de pouvoir collecter des preuves en s’infiltrant dans les systèmes des suspects. Et les services d’enquête ne disposent pas de ce genre de pouvoirs en France. Il n’est même pas sûr qu’on puisse utiliser des preuves collectées de cette façon par des sociétés privées pour poursuivre ces suspects en justice. Ainsi que le relève cette semaine Joe Stewart à la conférence RSA – organisée à San Francisco – il est grand temps que les méthodes de lutte s’adaptent à ces nouveaux défis, et pas uniquement du côté de l’industrie mais en partenariat avec des services d’enquête et la justice pour mettre un terme à l’action de ces groupes criminels.
Technorati Profile

%d blogueurs aiment cette page :